• Va tout arrêter, ne supporte plus cette situation. Ne supporte plus de le voir avec une autre. Ne supporte plus d'être la numéro deux. C'est la numéro un ou rien. Il a choisi. Alors ce sera une amitié de loin. Parce que cela ne peut être rien. Parce que cela a toujours été ainsi. Parce que c'est lui. Tout simplement.

    Veut tout arrêter. Sait que ce n'est pas si facile. Combien de fois cette résolution a-t-elle été prise ? Beaucoup trop, surement.

    Tant que je serai seule, il n'y aura que lui. Il est le seul, le plus important. Besoin de quelqu'un, de quelqu'un qui fasse qu'il ne soit plus le seul, de quelqu'un qui fasse que je ne sois plus seule.



    votre commentaire
  • J'ai toujours été là.

    A te regarder marcher.

    A te regarder tomber.

    A t'aider à te relever.

    J'ai toujours été derrière toi.

    Tu ne t'es jamais retourné.

     

    Je suis toujours là. 

    A te regarder marcher.

    A te regarder tomber.

    Mais je ne t'aide pas à te relever.

    Je suis toujours derrière toi.

    Tu ne t'es toujours pas retourné.

     

    Alors sache que je serai là.

    Je serai derrière toi.

    A te regarder marcher.

    A te regarder tomber.

    Je te maintiendrai au sol.

    Et je continuerai ma route.

    Ce sera trop tard pour te retourner.

     

    Je serai loin devant toi.

    Tu me regarderas marcher.

    Tu me regarderas m'éloigner.

    Et la prochaine que tu tomberas, ce sera à cause de moi.


    1 commentaire
  • Je ne te dirais pas d'arrêter, je ne suis pas eux. Je comprends. Je sais. Je vis la même chose. La même histoire.

    Je ne veux pas que tu arrêtes. Parce que je suis égoïste. Parce que je ne peux pas arrêter alors je veux que tu sois là.

    Tu as plus de choix, plus de droits. Tu pourrais arrêter. Je n'ai pas tous ces choix ni tous ces droits. Je ne peux pas faire autrement. Alors je me dis que peut-être tu pourrais m'aider. M'aider à acquérir des droits, à me donner le choix. Pour qu'un jour on arrête, toutes les deux. Mais je ne veux pas être seule. Pas maintenant que j'ai compris que tu étais dans la même situation que moi, que tu étais comme moi. Je m'en remets à toi car c'est ma dernière chance d'arrêter alors ne me laisse pas derrière toi.

     


    votre commentaire
  • La voir. La serrer dans mes bras. Parler de tout. Parler de rien. L'écouter. L'attendre. La raccompagner. Savoir qu'elle ne m'a pas oublié.

    Rentrer à pied. Penser à elle. A tous ces moments. Ne pas pouvoir retirer ce sourire sur mes lévres et cette chaleur dans mon coeur.

    Elle m'avait manqué. 


    votre commentaire
  • Avec lui cela a toujours eu quelque chose d'anormal. Notre relation n'est pas saine, presque effrayante. On se ressemble beaucoup trop. Je suis son double comme il est le mien.

    Nous avons pris coutume de se considérer comme amis. Que de façades. Que d'apparences. Ce n'est pas de l'amitié. Nous sommes amants et ennemis, par alternance. Rien d'autre. L'important étant d'être ensemble.Nous sommes accros. La volonté ne peut rien contre la dépendance. Cette dépendance bien plus forte que l'amitié et si différente de l'amour. Cela ne ressemble en rien à un de ces sentiments, c'est bien plus. Un sentiment destructeur qui nous consume et ne détruit un peu plus chaque fois.Et pourtant on ne sait vivre l'un sans l'autre. Mais nous ne l'avouerons jamais, nous sommes bien trop fiers. Et puis les mots n'ont pas leur place, il n'y en a jamais eu.

    Alors nous continuons d'essayer, encore et encore. Nous ne savons pas nous aimer. Malgrè cela nous ne lassons pas d'essayer encore et encore quite à nous démolir. On oscille. de l'amour à la haine. De la haine à l'amour. D'un poison à un autre.

    Je ne lui résiste pas, jamais. J'en suis incapable. Et puis, de toute manière, cela fait bien longtemps que nous nous sommes brulés les ailes. Il ne reste plus grand chose à détruire.

    Il n'y a pas de coupable dans cette histoire. Ni lui, ni moi. Nous le sommes autant l'un que l'autre. Deux salauds qui se sont épris l'un de l'autre. Deux êtres trop semblables. Au fond, nous ne sommes que deux gamins incapables de savoir ce qu'ils veulent vraiment.

    Uns chose est sure, il est le plus cher à mon coeur. Et cela ne changera jamais.


    votre commentaire